Ce qui peut provoquer une hypoménorrhée et ce qu’il faut faire

Intime Femme

L’hypoménorrhée est une diminution du flux menstruel, qui peut être due à la fois à une diminution du volume du flux et à une réduction de la durée des menstruations. Elle n’est généralement pas préoccupante car il s’agit d’une situation temporaire, en particulier pendant les périodes de grand stress ou d’activité physique intense.

Toutefois, lorsque cette affection persiste pendant une longue période, elle peut indiquer qu’il existe un problème qui altère la production d’hormones, comme le syndrome des ovaires polykystiques, mais elle peut aussi être l’un des premiers signes de grossesse. Par conséquent, lorsqu’une altération des menstruations génère un doute quelconque, il est important de consulter un gynécologue pour diagnostiquer s’il y a un problème quelconque qui doit être traité. Découvrez les 10 troubles menstruels les plus courants.

Les causes les plus fréquentes de la diminution du flux menstruel sont les suivantes

1. Excès de stress

Pendant les périodes de stress intense, comme la présentation d’un travail important ou la perte d’un membre de la famille, par exemple, le corps produit une grande quantité de cortisol et d’adrénaline. Lorsque cela se produit, l’excès de cortisol fait que le cerveau cesse de produire les hormones œstrogène et progestérone, qui sont nécessaires pour stimuler le cycle menstruel, ce qui entraîne une diminution du flux menstruel.

Cependant, une fois cette période de stress améliorée, le cycle menstruel devrait redevenir régulier et retrouver les caractéristiques qu’il avait auparavant.

Que faire ?

La meilleure chose à faire est de rechercher des activités qui aideront à soulager le stress, comme un exercice régulier ou un passe-temps, ainsi que des thés à la camomille, à la mélisse ou à la valériane, par exemple. En outre, vous devriez éviter de vous inquiéter d’une diminution du débit, car cela entraînera une augmentation du stress, ce qui provoquera davantage de perturbations. Voir quelques stratégies pour gérer le stress et l’anxiété.

2. Vieillissement naturel

Tout au long de la vie, il est fréquent que la quantité de flux menstruel soit quelque peu modifiée. Par exemple, entre 20 et 30 ans, la tendance à diminuer le flux menstruel et même à se présenter plusieurs fois repérage. Après cet âge, les menstruations deviennent généralement régulières et peuvent se produire en quantité légèrement plus importante.

Cependant, avec le début de la ménopause, certaines femmes peuvent à nouveau connaître une diminution du flux menstruel jusqu’à l’arrêt du cycle en raison de la diminution de la quantité d’œstrogènes dans l’organisme.

Que faire ?

Voici un exemple de trouble normal, qui ne doit donc pas être source d’inquiétude. Toutefois, en cas de doute, vous devez consulter un gynécologue.

3. Altération du poids

Des changements soudains de poids, que ce soit en le perdant ou en le gagnant, peuvent affecter le cycle menstruel, en modifiant non seulement sa régularité, mais aussi la quantité de flux. De plus, les femmes qui présentent une insuffisance pondérale importante peuvent avoir des cycles menstruels plus courts, car il peut y avoir plusieurs facteurs de stress, par exemple.

Que faire ?

Voici un exemple de régime : il faut éviter un régime très radical afin de ne pas présenter de brusques variations de poids, permettant à l’organisme de s’adapter au fil du temps. L’idéal est donc de maintenir une alimentation saine et équilibrée, en évitant les régimes plus radicaux. Apprenez à manger sainement pour perdre du poids.

4. Faire de l’activité physique intense

Les femmes qui font beaucoup d’exercice physique ont généralement aussi une diminution du flux menstruel, ce qui est généralement lié à une combinaison de plusieurs facteurs, notamment un stress accru, une faible masse graisseuse et une diminution de l’énergie disponible.

Que faire ?

La quantité d’exercice à faire devrait idéalement être mesurée pour éviter un impact négatif sur la santé et le cycle menstruel de la femme. Cependant, les athlètes peuvent avoir plus de difficultés, ils devraient donc en parler à leur gynécologue au cas où la diminution du flux menstruel se produirait ou serait accompagnée d’une certaine gêne.

5. Grossesse

Pendant la grossesse, il n’y a pas de menstruation, car le bébé se développe dans l’utérus. Toutefois, certaines femmes peuvent avoir spotting, ou la perte d’une petite quantité de sang dans les premières semaines, qui peut être confondue avec une petite période. En savoir plus sur les saignements pendant la grossesse.

Que faire ?

Si vous n’êtes pas sûre d’être enceinte, vous pouvez faire un test en pharmacie ou consulter un gynécologue pour une analyse de sang afin de confirmer les soupçons.

6. Ovaires polykystiques

Une autre condition relativement courante est qu’elle peut entraîner une diminution du flux menstruel et la présence de kystes ovariens. Dans ces cas, il y a un déséquilibre des niveaux d’hormones qui peut empêcher une femme d’ovuler, ce qui affecte directement la quantité de flux menstruel. Dans ces cas, d’autres symptômes tels que la perte de cheveux, l’acné ou la prise de poids facile peuvent apparaître.

Que faire ?

La meilleure façon de confirmer et de traiter un problème d’ovaires polykystiques est de consulter un gynécologue pour demander des examens tels qu’une échographie abdominale et des analyses de sang.

7. Hyperthyroïdie

Bien que plus rare, une diminution du débit peut également être un signe d’hyperthyroïdie. Cela se produit parce que dans cet état, le corps produit une plus grande quantité d’hormones thyroïdiennes, qui sont responsables de l’augmentation du métabolisme. Lorsque cela se produit, le corps dépense plus d’énergie que la normale et peut produire un sentiment constant d’anxiété et même une perte de poids, ce qui finit par affecter le cycle menstruel d’une femme.

Que faire ?

Hyperthyroïdie : l’hyperthyroïdie peut être confirmée par des analyses de sang ordonnées par un médecin généraliste ou un endocrinologue, ainsi que par des ultrasons. Le traitement est généralement prescrit par le médecin et comprend l’utilisation de médicaments pour rétablir des niveaux hormonaux normaux. En savoir plus sur l’hyperthyroïdie et son traitement.

Quand l’hypoménorrhée peut être un signe d’avertissement

Normalement, une diminution du nombre de menstruations n’est pas le signe d’un problème de santé, mais il existe des situations qui doivent être évaluées par un médecin. Certains d’entre eux incluent :

  • Pas de menstruation pendant plus de 3 cycles ;
  • Saignement récurrent entre les règles ;
  • Sensation de douleurs intenses pendant les menstruations.

Les femmes qui ont toujours eu peu de flux menstruel ne devraient pas s’inquiéter, car le schéma des menstruations varie beaucoup d’une femme à l’autre, y compris la quantité de flux.