La progestérone : ce qu’elle est, sa valeur normale et ce qu’elle signifie lorsqu’elle est élevée ou faible

Intime Femme

La progestérone est une hormone, produite par les ovaires, qui joue un rôle très important dans le processus de la grossesse. Elle est responsable de la régulation du cycle menstruel de la femme et de la préparation de l’utérus à recevoir l’ovule fécondé, en empêchant son expulsion par l’organisme.

Normalement, le taux de progestérone augmente après l’ovulation et reste élevé en cas de grossesse, de sorte que l’organisme maintient le développement des parois utérines et qu’une fausse couche ne se produise pas. Cependant, en l’absence de grossesse, les ovaires cessent de produire de la progestérone et la paroi de l’utérus est détruite et éliminée naturellement par les menstruations.

Ainsi, la diminution des niveaux normaux de cette hormone peut entraîner des problèmes de fertilité, chez la femme qui tente de tomber enceinte, ou des conséquences graves comme la grossesse extra-utérine ou l’avortement chez la femme enceinte. Découvrez ce qu’est une grossesse extra-utérine.

Lorsque le test de progestérone est nécessaire

Le test de progestérone est généralement indiqué pour les femmes

  • Une grossesse à risque ;
  • Menstruations irrégulières ;
  • Difficulté à tomber enceinte.

Ce test est généralement effectué lors des visites de soins prénataux, mais peut devoir être répété plus souvent si la femme enceinte a des valeurs réduites entre les visites.

Bien qu’il puisse être utilisé pendant la grossesse, ce type de test n’est pas utile pour confirmer la gestation. Le test qui peut le confirmer est le test HCG. Voir comment et quand cela doit être fait.

Que signifie le taux de progestérone

Le taux de progestérone peut être évalué grâce à une analyse de sang qui identifie la quantité d’hormone par ml de sang. Ce test doit être effectué environ 7 jours après l’ovulation et peut indiquer les résultats ci-dessous :

1. haute progestérone

Le taux de progestérone est considéré comme élevé lorsque sa valeur est supérieure à 10 ng/ml, ce qui se produit normalement pendant l’ovulation, c’est-à-dire lorsque l’ovule mature est libéré de l’ovaire. Cette production accrue de l’hormone sert à préparer l’utérus en cas de grossesse, et est maintenue tout au long de la grossesse, pour éviter une fausse couche par exemple.

Ainsi, des taux élevés de progestérone sont généralement un bon signe pour une personne qui essaie de tomber enceinte, car ils permettent à l’ovule fécondé de s’implanter dans les parois de l’utérus et de commencer à se développer, sans menstruation ni libération d’un nouvel ovule. En outre, des niveaux élevés chez une femme enceinte indiquent également un risque moindre d’avortement.

Toutefois, si les niveaux restent élevés, même lorsque la femme n’a pas encore fécondé, cela peut être le signe de certains problèmes tels que

  • Kystes ovariens ;
  • Fonctionnement excessif des glandes surrénales ;
  • Cancer de l’ovaire ou des glandes surrénales.

Dans ces cas, le médecin peut demander d’autres analyses de sang ou une échographie pour évaluer s’il y a des altérations qui peuvent confirmer la présence de l’un de ces problèmes.

Pour vous assurer que votre taux de progestérone est correct, vous ne devez prendre aucun comprimé de progestérone pendant les 4 semaines précédant le test.

La progestérone : ce qu'elle est, sa valeur normale et ce qu'elle signifie lorsqu'elle est élevée ou faible

2. Faible teneur en progestérone

Lorsque la valeur de la progestérone est inférieure à 10 ng/ml, la production de cette hormone est considérée comme faible. Dans ces cas, la femme peut avoir des difficultés à devenir enceinte, car la quantité de progestérone n’est pas suffisante pour préparer l’utérus à la grossesse, et des menstruations avec élimination de l’ovule fécondé peuvent se produire. Ces femmes doivent généralement utiliser des médicaments à base de progestérone pour augmenter leurs chances de tomber enceintes.

Déjà pendant la grossesse, si les niveaux de progestérone ont diminué au fil des semaines, cela signifie qu’il y a un risque accru de développer une grossesse extra-utérine ou un avortement et qu’il est donc nécessaire de mettre en place un traitement approprié pour éviter des conséquences graves.

Les femmes ayant un faible taux de progestérone peuvent également présenter des symptômes tels que la prise de poids, des maux de tête fréquents, des sautes d’humeur soudaines, une baisse de la libido, des menstruations irrégulières ou des vagues de chaleur.

Comment se préparer à l’examen

La préparation du test de progestérone est très importante pour s’assurer que les résultats sont corrects et ne sont pas influencés par d’autres facteurs. Il est donc recommandé de passer le test :

  • Faire 3 heures de jeûne avant l’examen ;
  • Parlez à votre médecin de tous vos médicaments qu’il prend ;
  • Arrêt de l’utilisation des pilules de progestérone comme Cerazette, Mercilon ou Marvelon ;
  • Éviter les rayons X jusqu’à 7 jours plus tôt.

En outre, il est également important de faire le test environ 7 jours après l’ovulation, car c’est la période où les niveaux sont naturellement les plus élevés. Toutefois, si votre prestataire de soins de santé tente d’évaluer votre taux de progestérone en dehors de l’ovulation, pour voir s’il reste élevé tout au long de votre cycle, vous devrez peut-être faire le test avant l’ovulation.

La progestérone : ce qu'elle est, sa valeur normale et ce qu'elle signifie lorsqu'elle est élevée ou faible

Comment corriger les niveaux de progestérone

Le traitement visant à corriger les niveaux de progestérone n’est généralement effectué que lorsque la quantité d’hormone est inférieure à la normale et se fait à l’aide de pilules de progestérone sous forme d’utrogestines, principalement pour les femmes qui ont des difficultés à tomber enceintes. Chez les femmes enceintes à haut risque de fausse couche, la progestérone est généralement injectée directement dans le vagin par un obstétricien ou un gynécologue. En savoir plus sur l’Utrogestan.

Toutefois, avant de commencer le traitement, votre prestataire de soins de santé doit répéter le test pour confirmer le résultat et exclure d’autres facteurs susceptibles de faire baisser le taux de progestérone, comme le fait d’avoir mangé avant ou d’être dans une autre phase du cycle menstruel, par exemple.

Dans la plupart des cas, la prise de ce type de médicaments se fait pendant 10 jours d’affilée et après le 17e jour du cycle menstruel, étant reprise à chaque cycle. La durée du traitement et les doses des médicaments doivent toujours être bien calculées pour chaque cas, l’orientation du médecin étant indispensable.

Effets secondaires possibles du traitement

L’utilisation d’hormones, telles que la progestérone, peut avoir certains effets secondaires pour l’organisme, tels que la prise de poids, le gonflement généralisé, la rétention d’eau, la fatigue excessive, la gêne au niveau des seins ou des menstruations irrégulières.

En outre, certaines femmes peuvent avoir un appétit accru, des maux de tête fréquents, de la fièvre et des troubles du sommeil. Ce type de médicament doit être évité chez les personnes souffrant de maladies artérielles, de dépression, de cancer du sein, de saignements vaginaux en dehors de la période menstruelle ou de maladies du foie.

La progestérone : ce qu'elle est, sa valeur normale et ce qu'elle signifie lorsqu'elle est élevée ou faible

Comment augmenter naturellement le taux de progestérone

Une fois que la progestérone est une hormone naturelle produite par l’organisme, certaines précautions peuvent augmenter sa concentration dans l’organisme, telles que

  • Buvez du curcuma, du thym ou du thé à l’origan ;
  • Augmenter l’apport d’aliments riches en vitamine B6 comme le steak de foie, la banane ou le saumon. Voir d’autres aliments riches en cette vitamine ;
  • Prenez un supplément de magnésium, avec les conseils d’un nutritionniste ;
  • Préférer les aliments à forte teneur en protéines
  • Adoptez un régime alimentaire riche en légumes, fruits et légumes à feuilles sombres comme les épinards ;

En outre, la préférence accordée aux aliments biologiques peut également contribuer à la production de progestérone, car les substances chimiques utilisées dans les aliments emballés peuvent altérer la capacité de l’organisme à produire des hormones.

Valeurs de référence pour la progestérone

Les valeurs de progestérone dans le sang varient en fonction de la période menstruelle et de la phase de vie de la femme, étant :

  • Début de vos règles1 ng/mL ou moins ;
  • Avant l’ovulationLa température maximale est inférieure à 10 ng/mL ;
  • 7 à 10 jours après l’ovulationLa température maximale est de 10 ng/mL ;
  • Au milieu du cycle menstruel5 à 20 ng/mL ;
  • Premier trimestre de la grossesse11 à 90 ng/mL
  • Deuxième trimestre de la grossesse25 à 90 ng/mL ;
  • Troisième trimestre de la grossesse42 à 48 ng/mL.

Par conséquent, chaque fois qu’il y a un changement de valeur, le résultat doit être évalué par un médecin pour comprendre la cause et initier un traitement, si nécessaire.