L’implant contraceptif : son fonctionnement et les questions les plus courantes

Intime Femme

[ad_1]

 

L’implant contraceptif : son fonctionnement et les questions les plus courantes

L’implant contraceptif, ou implant sous-cutané comme Implanon ou Nexplanon, est un dispositif qui est placé par le gynécologue sous la peau du bras pour prévenir une grossesse non désirée. L’implant se présente sous la forme d’un petit tube ou tige en silicone, d’environ 3 cm de long et 2 mm de diamètre, et dure 3 ans, après quoi il doit être retiré.

Cette méthode de contraception est efficace à plus de 99% et fonctionne en libérant une hormone dans la circulation sanguine, tout comme la pilule contraceptive, mais dans ce cas la libération est continue, empêchant l’ovulation.

L’implant contraceptif doit être prescrit par le gynécologue et ne peut être inséré et retiré que par le médecin. Il est placé de préférence jusqu’au 5e jour après le début des menstruations et peut être acheté dans n’importe quelle pharmacie ou, dans certains pays, il est offert gratuitement par le système de santé national.

Pose de l'implant par le gynécologue

Comment fonctionne l’implant ?

L’implant contient une dose élevée d’étonogestrel, un stéroïde progestatif qui a des effets semblables à ceux de la progestérone, qui est progressivement libéré dans la circulation sanguine sur une période de 3 ans, empêchant l’ovulation. De cette façon, il n’y a pas d’ovules matures qui peuvent être fécondés par un spermatozoïde, au cas où il y aurait des rapports sexuels non protégés.

En outre, cette méthode laisse également le mucus dans l’utérus plus épais, ce qui rend plus difficile le passage des spermatozoïdes dans les trompes de Fallope, où la fécondation se produit normalement.

Principaux avantages

L’implant contraceptif présente plusieurs avantages tels que :

  • C’est une méthode pratique qui dure 3 ans, en évitant de devoir se rappeler de prendre la pilule tous les jours ;
  • Il n’interfère pas avec le contact intime :
  • Il améliore les symptômes du syndrome prémenstruel (SPM) ;
  • Il pourrait être utilisé pendant l’allaitement ;
  • Il empêche les menstruations, générant dans de nombreux cas une aménorrhée.

Inconvénients possibles

Bien qu’il présente de nombreux avantages, l’implant n’est pas une méthode de contraception idéale pour tout le monde, car il présente également certains inconvénients :

  • Il peut y avoir des menstruations irrégulières, surtout pendant les premiers mois, ce qui peut entraîner l’absence de règles chez certaines femmes ou des saignements abondants ou qui échappent à l’écoulement chez d’autres ;
  • Il peut y avoir une prise de poids ;
  • Il ne protège pas contre les maladies sexuellement transmissibles ;
  • Il doit être changé par un gynécologue.

De plus, il y a un risque accru d’effets secondaires tels que maux de tête, taches cutanées, nausées, sautes d’humeur, acné, kystes ovariens et baisse de la libido. Ces effets durent généralement moins de 6 mois, car c’est la période dont le corps a besoin pour s’habituer à la perturbation hormonale.

Implant contraceptif

Les doutes les plus courants concernant l’implant contraceptif

Certaines des questions les plus courantes sur l’utilisation de cette méthode de contraception sont

1. Est-il possible de tomber enceinte ?

L’implant contraceptif est aussi efficace que les pilules contraceptives, de sorte qu’une grossesse non désirée est très rare. Cependant, si l’implant est inséré après les 5 premiers jours du cycle menstruel et si la femme n’utilise pas de préservatif pendant au moins 7 jours par la suite, le risque de grossesse est plus élevé.

Il est également possible de tomber enceinte si une femme oublie jusqu’au jour où l’implant est valable, car il dure 3 ans. Si vous avez des rapports sexuels non protégés après cette période, le risque de tomber enceinte est plus grand.

2. comment l’implant est-il placé ?

L’implant doit toujours être posé par un gynécologue, qui place une anesthésie locale dans une région du bras et qui pose ensuite l’implant à l’aide d’un dispositif similaire à une injection.

3. quand faut-il le changer ?

L’implant contraceptif est valable 3 ans et doit être changé avant le dernier jour, car après ce délai, la femme n’est plus protégée contre une éventuelle grossesse.

4. comment l’implant est-il retiré ?

Le médecin déterminera dans quel bras se trouve l’implant et vérifiera par palpation où il se trouve exactement. Si le médecin ne sent pas l’implant, il peut suggérer une radiographie pour déterminer son emplacement.

Une fois l’implant localisé, le médecin désinfecte la région et marque l’extrémité du dispositif la plus proche du coude. Vous engourdissez ensuite la région du bras où se trouve l’appareil avec un anesthésique local (lidocaïne) et faites une petite incision. Le médecin essaiera de retirer le tube par l’ouverture pratiquée et fixera l’implant avec un clamp pour le retirer.

Une fois retiré, le médecin placera une stéri-strip ou, dans certains cas, devra faire des points de suture. Selon la difficulté à retirer l’implant, un hématome peut survenir, auquel cas il faut appliquer de la glace pour réduire l’enflure.

5. l’implant favorise-t-il la prise de poids ?

En raison de la perturbation hormonale causée par l’utilisation de l’implant, certaines femmes peuvent avoir tendance à prendre du poids pendant les 6 premiers mois. Cependant, si un régime alimentaire équilibré est maintenu, la prise de poids peut ne pas se produire.

6. L’implant protège-t-il contre les infections sexuellement transmissibles ?

L’implant ne fait qu’empêcher une grossesse non désirée, mais il n’empêche pas le contact avec les fluides corporels, donc il ne protège pas contre les IST comme le VIH, la syphilis, la chlamydia, entre autres. La méthode la plus sûre pour cela est d’utiliser un préservatif.

7. quels sont les médicaments qui peuvent diminuer l’efficacité d’Implanon ?

Il existe certains médicaments qui peuvent interagir avec l’étonogestrel et diminuer l’efficacité d’Implanon, ces produits comprennent la phénytoïne, les barbituriques, la primidone, le bosentan, la carbamazépine et la rifampicine.

De plus, d’autres médicaments peuvent également diminuer leur effet, comme l’oxcarbazépine, le topiramate, le felbamate, la griséofulvine, certains inhibiteurs non nucléosidiques de la protéase du VIH comme le ritonavir et des inhibiteurs de la transcriptase inverse comme l’éfavirenz, ainsi que des produits à base de plantes contenant Hypericum Perforatum, plus connu sous le nom de millepertuis ou Hypericum.

Principales contre-indications

L’implant contraceptif ne doit pas être utilisé par les femmes pendant la grossesse ou si l’on soupçonne une grossesse, qui ont une thrombose veineuse profonde ou des antécédents familiaux de cette maladie, une embolie pulmonaire, un accident vasculaire cérébral ou une crise cardiaque, en cas de tumeur du foie ou de maladie du foie, si elles ont ou ont eu un cancer du sein ou tout cancer sensible à la progestérone, des saignements vaginaux sans cause spécifique ou une allergie à un composant de la formule.

[ad_2]