Myomectomie : types, rétablissement et risques possibles

Intime Femme

 

 

Myomectomie : types, rétablissement et risques possibles

La chirurgie pour enlever les fibromes est indiquée lorsqu’une femme présente des symptômes tels que de fortes douleurs abdominales et des menstruations abondantes, qui ne s’améliorent pas avec l’utilisation de médicaments. De plus, l’intention de la femme de devenir enceinte doit être évaluée, car la chirurgie peut rendre une grossesse future plus difficile. La chirurgie n’est pas nécessaire lorsque les symptômes peuvent être contrôlés avec des médicaments ou lorsqu’une femme entre en ménopause.

Les fibromes sont des tumeurs bénignes qui surviennent dans l’utérus des femmes en âge de procréer et qui causent des signes et des symptômes difficiles à contrôler, comme les saignements menstruels et les crampes sévères. La médecine peut la réduire et contrôler les symptômes, mais lorsque cela ne se produit pas, le gynécologue peut suggérer d’enlever le fibrome par la chirurgie.

Myomectomie : types, rétablissement et risques possibles

Types d’interventions chirurgicales pour l’ablation des fibromes

La myomectomie est l’intervention chirurgicale qui consiste à retirer le fibrome de l’utérus. Il y a 3 façons différentes d’effectuer cette intervention :

  • Myomectomie laparoscopique : On pratique de petites incisions dans la région abdominale, où l’on place une micro caméra et les instruments nécessaires à l’ablation du fibrome. Cette procédure n’est utilisée que si le fibrome est situé sur la paroi extérieure de l’utérus ;
  • Myomectomie abdominale : est une sorte de « césarienne », où il faut faire une incision dans la région du bassin, vers l’utérus, permettant l’ablation du myome ;
  • Myomectomie hystéroscopique : le médecin insère l’hystéroscope dans le vagin et retire le fibrome sans avoir à le couper. Cette technique n’est recommandée que dans les cas où le fibrome est situé à l’intérieur de l’utérus avec une petite partie vers l’intérieur de la cavité endométriale.

La chirurgie pour enlever le fibrome réussit habituellement à contrôler les symptômes de douleur et de saignement excessif dans 80 % des cas. Cependant, chez certaines femmes, la chirurgie peut ne pas être définitive et un nouveau fibrome peut apparaître dans une autre région de l’utérus, environ 10 ans plus tard. C’est pourquoi le médecin choisit souvent d’enlever l’utérus, plutôt que le seul fibrome. En savoir plus sur l’hystérectomie.

Votre médecin peut choisir d’effectuer une ablation ou une embolisation de l’endomètre des artères qui alimentent les fibromes, à condition qu’elles ne dépassent pas 8 cm ou si le fibrome se trouve sur la paroi arrière de l’utérus, car cette région comporte de nombreux vaisseaux sanguins et ne peut être coupée par la chirurgie.

Comment se passe la récupération après une opération ?

Normalement, la récupération est rapide, mais la femme doit rester au repos pendant au moins 1 semaine pour que le tissu cicatriciel guérisse correctement, en évitant tout type d’effort physique pendant cette période. Le contact sexuel ne peut être fait que 40 jours après l’opération pour éviter la douleur et l’infection. Retournez voir votre médecin si vous avez des symptômes tels qu’une mauvaise odeur dans votre vagin, des pertes vaginales et des saignements très abondants et rouge vif.

Risques possibles d’une intervention chirurgicale pour enlever des fibromes

Lorsque la chirurgie pour enlever les fibromes est effectuée par un gynécologue expérimenté, une femme peut être plus à l’aise car les techniques sont sécuritaires pour sa santé et les risques sont contrôlés. Mais malgré cela, pendant la myomectomie, il peut y avoir des saignements et l’utérus peut devoir être enlevé. De plus, certains auteurs affirment que la cicatrice laissée dans l’utérus peut favoriser la rupture de l’utérus pendant la grossesse ou au moment de l’accouchement, mais cela se produit rarement.

Lorsqu’une femme est bien au-dessus de son poids idéal, il est nécessaire de perdre du poids avant la chirurgie abdominale pour réduire les risques en salle d’opération. Mais en cas d’obésité, une hystérectomie par le vagin peut être indiquée.

De plus, des études ont montré que certaines femmes, bien que leur utérus ait été préservé, sont moins susceptibles de tomber enceintes après l’opération en raison du tissu cicatriciel qui se forme à la suite de l’opération. On croit que dans la moitié des cas, la chirurgie peut rendre la grossesse plus difficile dans les 5 premières années suivant l’opération.