Qu’est-ce qui peut couper l’effet des contraceptifs ?

Intime Femme

Prendre certains antibiotiques, souffrir de la maladie de Crohn, avoir la diarrhée ou boire certains thés peut réduire ou diminuer l’efficacité des pilules contraceptives, ce qui augmente le risque de grossesse.

Certains signes peuvent indiquer une diminution de l’efficacité des contraceptifs, comme l’absence de menstruation ou de petits saignements en dehors des règles, ce qui est l’un des signes les plus évidents qu’une femme ne reçoit pas en permanence la quantité d’hormones dont elle a besoin dans son sang.

Découvrez les situations les plus courantes qui réduisent ou coupent l’efficacité des contraceptifs oraux, qui sont pris sous forme de comprimés :

1. utiliser certains médicaments

Certains antibiotiques et médicaments contre les crises peuvent réduire ou diminuer l’efficacité de la pilule contraceptive. Par conséquent, chaque fois qu’il est nécessaire de prendre l’un de ces médicaments, il faut utiliser un préservatif pendant une période maximale de 7 jours après la dernière dose du médicament. Quelques exemples sont la rifampicine, le phénobarbital, la phénytoïne et la primidone. Voir les autres médicaments qui peuvent diminuer l’effet des pilules contraceptives.

2. avoir des vomissements ou de la diarrhée

Un épisode de vomissements ou de diarrhée jusqu’à 4 heures après la prise du contraceptif peut signifier que celui-ci n’a pas eu le temps d’être absorbé par l’organisme, perdant totalement son effet ou diminuant son efficacité.

Ainsi, si des vomissements ou des diarrhées se sont produits pendant cette période, il est recommandé de prendre la pilule suivante afin d’assurer la dose quotidienne nécessaire pour se protéger contre une grossesse non désirée. Toutefois, en cas de diarrhée chronique ou lorsque les selles liquides ne peuvent être contrôlées pendant plus de 4 heures, il convient de choisir une autre méthode contraceptive, comme un préservatif, un implant ou un stérilet.

Voyez quelles sont les méthodes de contrôle des naissances disponibles pour prévenir la grossesse.

3. Maladies ou altérations de l’intestin

Les femmes qui souffrent de maladies inflammatoires de l’intestin telles que la maladie de Crohn, ou qui ont subi une iléostomie ou un pontage jéjuno-iléal, courent un risque plus élevé de devenir enceintes, car ces situations peuvent empêcher l’intestin grêle d’absorber correctement les hormones contenues dans la pilule, diminuant ainsi son efficacité de protection contre la grossesse.

Dans ce cas, il est recommandé à la femme d’utiliser une autre méthode de contraception, telle qu’un préservatif, un implant ou un stérilet, pour se protéger d’une grossesse non désirée.

4. Oublier de prendre la pilule

Oublier de prendre la pilule pendant un jour ou plus au cours d’une semaine du cycle peut en altérer l’efficacité. Il en va de même s’il n’est pas toujours pris en même temps. Si vous oubliez ou êtes en retard, lisez la brochure sur les médicaments pour savoir quoi faire. Voyez ce qu’il faut faire si vous avez oublié de prendre votre pilule.

5. Consommer des boissons alcoolisées en excès

La consommation de boissons telles que la bière, le vin ou la vodka ne diminue pas l’efficacité de la contraception. Cependant, une surconsommation de ces boissons peut faire qu’une femme oublie de prendre sa pilule au bon moment, ce qui augmente le risque d’une grossesse non désirée.

6. Consommation excessive de thés diurétiques

La prise de grandes doses de thés diurétiques immédiatement après la prise de la pilule peut diminuer son efficacité, car le corps peut ne pas avoir assez de temps pour absorber le médicament, qui peut être éliminé du corps par l’urine. C’est pourquoi il n’est pas recommandé de consommer plus de 5 tasses de thé, comme de l’eau de prêle ou d’hibiscus, juste avant ou après avoir pris la pilule contraceptive.

En outre, la tisane de millepertuis, utilisée pour combattre la dépression et l’anxiété, peut également interférer avec l’efficacité de la pilule. Si vous suivez un traitement à base de cette plante médicinale, vous devez choisir une autre méthode de contraception.

7. Consommation de drogues

La consommation de drogues illicites telles que la marijuana, la cocaïne, le crack ou l’ecstasy ne diminue pas directement l’efficacité des contraceptifs car leurs composés (chimiquement) n’interagissent pas entre eux. Cependant, les femmes dans cette situation sont plus susceptibles d’oublier de prendre la pilule au bon moment.